Mon amour,

 

La lune, les étoiles sont éternelles.

 

Plus le temps passe,

 

Plus je suis en manque de toi.

 

Les nuits, je peux te deviner.

 

Presque t'entendre, respirer.

 

 

 

Mon souffle s'accélère;

 

Sentir ton corps nue désirée,

 

Et pour moi comme une drogue douce.

 

Plus je pense à toi, plus je me couche...

 

Seul dans mon lit mon regards,

 

Se porte sur mes rêves

 

Ou je t'imagine, femme-enfant,

 

Si fragile, forte à la fois.

 

 

 

J'aime tes yeux, ton regards me transperce

 

Ton sourire est comme une décharge en moi;

 

Il me procure du plaisir.

 

Il est comme ton corps,

 

Lorsque semble t-il,

 

Tu te donnes ou t'abandonne.

 

Et les vagues de plaisirs font;

 

Que , je me laisse emporter par toi.

 

Car ton corps est céleste,

 

Notre amour universelle.